Après plus d'un siècle de travail, grâce aux efforts de plusieurs générations de sinologues, la traduction intégrale en français des « Mémoires historiques » a été publiée à Paris, dont près de la moitié est une nouvelle

traduction. Une traduction en langue anglaise sera également diffusée. Les « Mémoires historiques » constituent la première histoire générale biographique de la Chine, considérés comme la perle des « Vingt-Quatre Histoires », une série d'annales dynastiques couvrant la période allant de 3000 avant JC à la fin de la Dynastie Ming en 1644. Depuis plus d'une centaine d'années, des sinologues occidentaux s'attachent à leur traduction et à leur étude. Parmi eux, le sinologue Edouard Chavannes, qui fit une traduction annotée des cinq premiers volumes entre 1895 et 1905, est considéré comme le premier savant occidental à avoir fait une analyse fine, attentive et précise de finition de cette partie de l'histoire chinoise. Cependant, du fait de l'étendue du champ académique d'Edouard Chavannes et de son énergie limitée, il n'a pas pu achever la traduction. Après une centaine d'années, grâce aux efforts de savants français contemporains, une traduction en français de l'ensemble de cette œuvre majeure a été récemment publiée à Paris.

 Selon le journal « Nouvelles d'Europe » du 31 juillet, cette nouvelle édition des « Mémoires historiques », qui comporte 9 volumes, a été publiée par la librairie Youfeng de Paris, sous la direction de M. Pan Lihui. Cette version en langue française se compose de trois parties : les cinq livres traduits par Edouard Chavannes, la traduction de deux parties faites par le sinologue français d'origine autrichienne Mak Kaltenmark et celle de la partie « Biographie » assurée par le professeur Jacques Pimpaneau. Sur l'ensemble de l'ouvrage, près de la moitié est une nouvelle traduction.

 

Edouard Chavannes (1865-1918) est internationalement reconnu comme le plus grand sinologue de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, mais aussi un des tous premiers au monde à avoir étudié les vestiges culturels de Dunhuang et du Xinjiang dans le monde, et est considéré comme un pionnier des études du site de Dunhuang en France.

Sa plus importante, et sa plus grande contribution est la traduction du chef-d'œuvre de l'histoire ancienne de la Chine, les « Mémoires historiques », dont il a traduit en français certaines parties, en les annotant, sous le titre de « Histoire biographique de Sima Qian » (cinq tomes). Dans la décennie 1895-1905, Edouard Chavannes été publié la traduction de 47 volumes des « Mémoires historiques », dont la biographie sommaire des empereurs, la chronologie, qui est encore largement reconnue comme un modèle du genre.

La nouvelle version française des « Mémoires historiques » signée du traducteur Jacques Pimpaneau, qui est aussi un fin connaisseur de la culture chinoise et a fait des recherches approfondies sur l'opéra chinois est également de très bonne qualité. En 2013, le Professeur Pimpaneau a publié un article sur sa traduction dans le journal « Nouvelles d'Europe », où il relate son expérience, et dit « Ne lisez pas le classique 'Mémoires historiques' de Sima Qian, notre connaissance en est unilatérale et incomplète. Les 'Mémoires historiques' décrivent l'histoire de la Chine de ses origines à la période de son existence, en se concentrant sur ses idées et sa représentation uniques. À la différence des anciennes 'Chroniques des Printemps et Automnes', Sima Qian a initié une histoire globale, principe adopté ensuite par les 'Vingt-quatre Histoires'. Les 'Mémoires historiques' sont aussi une grande œuvre littéraire, dont un certain nombre de romans et de pièces se sont par la suite nourris. Edouard Chavannes avait reconnu l'importance des 'Mémoires historiques', et commencé la traduction des quatre premières parties, mais la section 'Biographie' avait encore besoin d'être traduite. Aujourd'hui, la librairie Youfeng propose pour la première fois une traduction intégrale de cette œuvre dans une langue occidentale, et ce n'est pas un mince exploit ». Selon Zhao Sheng, professeur à la Faculté des lettres de l'Université normale de Nanjing, Vice-président de la Société chinoise de recherche sur les « Mémoires Historiques », qui a annoncé la nouvelle sur son micro-blog, une traduction intégrale en langue anglaise de l'ouvrage, faite par le professeur Ni Haoshi de l'Université de Chicago, sera également publiée cette année comme prévu.

Les « Mémoires Historiques » en Occident

Depuis plus d'un siècle, les savants occidentaux ont fait beaucoup de recherches et de travaux de traduction des « Mémoires Historiques ». Voici une brève énumération de ces ouvrages en langues occidentales.

La première traduction en allemand des « Mémoires Historiques » remonte au milieu du XIXe siècle, elle est due au sinologue pionnier autrichien August Pfizmaier (1808-1887) qui a traduit 24 volumes en allemand, sporadiquement publiés dans le Sitzungsberichte der Wiener Akademie der Wissenschaften (« Rapport de l'assemblée de l'Académie des sciences de Vienne »).

 Aux Etats-Unis, c'est le Dr Burton Watson (1925-) qui a apporté une importante contribution à la traduction des « Mémoires Historiques » en langue anglaise. Il s'est engagé depuis les années 1950 dans la traduction de cet ouvrage, et en 1951, il a inclus la traduction de 124 volumes dans sa thèse de doctorat. En 1958, Columbia University Press a publié sa thèse de doctorat, intitulée « Sima Qian : Grand Historian of China". C'est la première monographie en anglais consacrée à l'étude de Sima Qian et des « Mémoires historiques », et où figure la traduction de la « Préface de Tai Shi Gong ». Il a traduit ensuite, dans les années 1960, outre la « Préface de Tai Shi Gong », d'autres parties comme la « Table des trois générations », la « Biographie de Dawan » et les biographies des personnages des « Mémoires historiques », comme la « Biographie de Bo Shu Qi », la « Biographie de Wu Zixu », la « Biographie de Tian Dan », la « Biographie de Lv Buwei », la « Biographie des Assassins » etc. En 1993, les Presses de l'Université chinoise de Hong Kong et Columbia University Press ont publié conjointement une nouvelle traduction de « Records of the Grand Historian : Qin Dynasty », où figure notamment la biographie de 10 personnages historiques comme la « Biographie des Qin » ou la « Biographie de Qin Shihuang ».

Quant aux traductions des « Mémoires Historiques » de Ni Haoshi, elles comprennent, publiées en anglais en 1994 par l'Indiana University Press, sous la direction de Ni Haoshi, des contributions dues à Zheng Zaifa, Lv Zongli, Ni Haoshi, Robert Reynolds et d'autres, à savoir les volumes 1 et 7 des « Mémoires Historiques », « The Grand Scribe's Records : Vol. 1 The Basic Annals of Pre-Han China » et « The Grand Scribe's Records : Vol. 7 The Memoirs of Pre-Han China ». En 2002 a été publié le volume 2, « The Grand Scribe's Records : Vol. 2 The Basic Annals of Han China », et en 2006 le volume 5, « The Grand Scribe's Records : The Hereditary Houses of Pre-han China ». Source: le Quotidien du Peuple en ligne

 

joomla 1.6 templates free
By Joomla 1.6 templates free