En Chine, le yuan subit la plus forte perte hebdomadaire de son histoire. La Chine continue d’encadrer étroitement la convertibilité du yuan.La banque centrale chinoise (PBOC) a légèrement relevé de 0,05 %, vendredi 14 août, son taux de référence du yuan face au dollar, inversant la tendance après les trois dévaluations successives des jours précédents, l’équivalent de la plus brutale dépréciation de la monnaie

depuis 2005 et la mise en place par Pékin du système de changes actuel.Après trois jours de baisse ayant entraîné le yuan à un creux de quatre ans dans le sillage de la dévaluation, la PBOC a semblé intervenir pour l’ancrer dans la zone voulue et couper court aux anticipations d’un cycle de dépréciations. Sur l’ensemble de la semaine, la devise chinoise a perdu 2,9 %, la plus forte perte hebdomadaire de son histoire, avec un taux de 6,3918 pour un dollar.A la différence des Etats-Unis ou de la zone euro, qui laissent le niveau des changes s’établir librement, la Chine établit administrativement chaque matin un cours pivot autour duquel sa monnaie ne pourra pas varier de plus de 2 %, à la hausse ou à la baisse. Pour établir ce cours avant chaque séance, l’autorité des changes dit sonder les grands acteurs du marché et suivre l’évolution des principales devises.« Cet ajustement est désormais pratiquement terminé »La PBOC fait ainsi marche arrière après avoir provoqué et accompagné les brutales dégringolades des derniers jours. Dès jeudi, Zhang Xiaohui, assistant du gouverneur de la banque centrale, avait tenté de calmer l’affolement des marchés financiers mondiaux, expliquant qu’il s’agissait d’un « ajustement » technique de la valeur du renminbi à la réalité du marché.    « Cet ajustement est désormais pratiquement terminé. La banque centrale a tout à fait la capacité de maintenir le renminbi fondamentalement stable à un niveau raisonnable et équilibré ».Les auorités chinoises se sont soigneusement gardées de parler de dévaluation, expliquant avoir simplement modifié sa façon de calculer le taux de référence du yuan pour prendre davantage en compte la clôture de la veille sur le marché des changes, l’offre et la demande, et les cours des grandes devises.En décidant d’accompagner plus fidèlement les mouvements du marché, Pékin pourrait chercher à conforter les chances du renminbi d’intégrer le club des grandes monnaies mondiales de référence. Et notamment d’être inclus dans les droits de tirage spéciaux (DTS), l’unité de compte du Fonds monétaire international (FMI). (Le Monde.fr )

joomla 1.6 templates free
By Joomla 1.6 templates free